La Tribune d’Orléans, n°158, Sports, Article sur l’Entente Orléanaise (Basket, ProA) + Brèves, p14

Lien du n°158 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 25 février 2010

tribune-orleans-158

Page 14: Article sur l’Entente Orléanaise (Basket, ProA) + Brèves.

Ci-dessous: Mise en ligne de l’article sur l’Entente Orléanaise (Basket, ProA) (tribune-orleans.fr).

Trophée des As : l’entente orléanaise y était presque ! Version imprimable Votre email
Écrit par Jérémy Parard
25-02-2010
Quelle déception ! L’Entente Orléanaise Loiret vient de subir une nouvelle défaite en finale de la Semaine des As, dimanche 21 février à l’Astroballe de Villeurbanne. L’an dernier, à la même époque, l’Entente avait déjà échoué en finale contre Le Mans (64-74). Mais autre temps, autre époque ! Car ce dimanche, l’Entente est passée tout près de la victoire face à l’ASVEL (69-70)… Plus forte, plus cohérente, l’Entente n’a pas réussi à remporter un match longtemps à sa portée, 43-31 (21e) puis 69-64 (38e). Contre le club de Lyon-Villeurbanne, ayant retrouvé un coeur et un état d’esprit qui lui font défauts en championnat de ProA, les Orléanais auraient pu l’emporter… D’ailleurs, à chaud, des trémolos dans la voix, l’entraîneur orléanais Philippe Hervé mettait en cause la cohérence de l’arbitrage : «je ne comprends pas l’arbitrage du 3e quart temps. J’ai le sentiment que l’on a été très fort sans que cela suffise pour l’emporter.» Un sentiment partagé mais là n’est pas le noeud du problème. «Nous avons été meilleurs sur le plan sportif. Cependant, je ne veux pas rentrer dans la polémique. Le score est arrêté à la fin du match et c’est l’ASVEL qui a gagné. Il faut l’accepter même si c’est dur», regrette le président du club, Christophe Dupont. S’il y a de l’amertume, c’est aussi parce qu’Orléans a eu plusieurs occasions de «tuer» le match. Mais, une passe ratée, un lancer-franc manqué ou un rebond mal assuré ont coûté le titre aux Orléanais. Des erreurs rédhibitoires au plus haut niveau… Cette déception appelle surtout de nombreuses satisfactions à venir car l’Entente possède un nouveau statut. Favorite de cette Semaine des As pour les uns, meilleure équipe du championnat pour les autres, Orléans est dorénavant sur le devant de la scène française du basket. «Le club a franchi un palier supplémentaire. Nous ne sommes plus outsider. Nous devenons une équipe qui compte au niveau du basket français», préfère retenir le président du club. Les «Raymond Poulidor» actuels du basket s’attirent une estime du public qui va bien au-delà des frontières du Loiret, comme le confirme Christophe Dupont : «Nous avons reçu de nombreux messages de sympathie de toute la France. Aussi, en partie, grâce à notre capacité à faire vibrer, à donner du spectacle et à montrer du beau jeu.» Ce qui n’est pas négligeable pour un jeune club comme Orléans. Hélas, toujours pas de titre pour les Orléanais… Pourtant, après sa victoire contre Vichy (82-67), en demi-finale de la Semaine des As, l’Entente était louée de toute part. Pour son jeu, pour son effectif, pour sa série de 12 victoires en 15 matches, pour sa 3e finale consécutive… En conférence de presse, après le match contre Vichy, Philippe Hervé concédait à propos de son potentiel offensif : «c’est l’élément de plus cette saison. Brian Greene a été remplacé cet été par Austin Nichols et Justin Doellman. C’est vrai qu’il nous arrive souvent d’inscrire 28 ou 30 points dans un quart temps.» Et l’Entente a mûri depuis la coupe d’Europe, semblant imperméable à la pression comme ce fut le cas lors de cette Semaine des As. «Le groupe sportif a été à la hauteur de son statut. C’est la première finale où on est complètement dedans», souligne encore le président. Alors la déception est peut-être grande pour beaucoup de supporters, mais des titres restent encore en jeu cette saison. Et, les titres pourraient bien venir rapidement si le groupe ne se désunit pas après cet échec relatif. Régulière dans la performance, l’Entente est en embuscade dans un championnat qui reprend ses droits, à Hyères-Toulon, vendredi 26 février. Orléans peut aussi se rappeler au bon souvenir d’une compétition lui ayant offert sa première finale professionnelle : la coupe de France qui débute contre Poitiers, le 16 mars à Orléans. «La coupe de France peut-être une belle aventure», estime Christophe Dupont, «mais l’objectif de début de saison est de finir dans le top 6 de ProA et d’accrocher une participation à une coupe d’Europe». Un club mesuré, des joueurs ambitieux, un coach talentueux… Il n’y a pas de raison que ce fameux premier titre échappe à l’Entente encore bien longtemps !
Publicités

À propos de jeremyparard

Je suis journaliste/pigiste. J'ai créé ce blog pour mettre mes articles en ligne. Etant autoentrepreneur, cela permettra aux sociétés et aux collectivités, qui souhaitent faire appel à mes services, de consulter facilement mes parutions.

Publié le 26/02/2010, dans ->Sports, -->Basket-ball, LA TRIBUNE D'ORLEANS. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :