Archives de Catégorie: –>Golf

La Tribune d’Orléans, n°156, Sports, Portrait d’Alexandre Kaleka (Golf) + Brèves, p11

Lien du n°156 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 11 février

tribune-orleans-156

Page 11: Portrait d’Alexandre Kaleka (Golf) + brèves.

Ci-dessous: Mise en ligne du portrait d’Alexandre Kaleka (Golf) (tribune-orleans.fr).

Alexandre Kaleka se rapproche de l’élite mondiale Version imprimable Votre email
Écrit par Jérémy Parard
11-02-2010
Alexandre Kaleka, golfeur orléanais de 22 ans, frappe un grand coup ! Dès sa 1ère compétition chez les grands, le jeune homme devenu professionnel en juillet 2009, remporte l’EurOpen de Lyon. Il réussit ce qu’aucun Français n’était parvenu à faire depuis deux ans sur un tournoi du Challenge Tour (2ème division européenne). Une sacrée performance… qui n’a rien d’une surprise ! Alexandre Kaleka s’est construit petit à petit pour devenir l’actuel 8e golfeur français et 143e mondial, cumulant plus de 10 000€ de gains sur les trois tournois auxquels il a participé depuis le début de l’année. «Nous avons tout de suite vu qu’il avait des capacités. Déjà tout petit, il tapait tout droit et il était sérieux», se rappelle Pascal Parou, directeur du golf de Marcilly-en-Villette. Orléanais de souche, Alexandre Kaleka a débuté le golf à 5 ans, dans les pas de son père qui pratiquait déjà dans le club solognot. «Beaucoup de choses m’ont plu dans ce sport, notamment la performance», témoigne Alexandre Kaleka. Rapidement détecté par la ligue du Centre de golf, il participe à des stages où il côtoie les meilleurs jeunes de la région. «Ce n’était rien de bien exceptionnel, mais je me suis vite amélioré…» En 2001, Alexandre devient champion de France benjamin et en 2003, vice-champion de France amateur. En 2005, son Bac scientifique en poche, le sportif décide d’embrasser une carrière professionnelle : «je ne savais pas vers quoi m’orienter avec mon Bac. Je me suis alors donné deux ans pour étudier le golf et devenir un joueur pro.» Ambitieux mais raisonné, il intègre alors le pôle France, d’une dizaine de golfeurs, alors que l’hexagone compte 400 000 licenciés. Pendant deux ans, il dispute les meilleurs tournois amateurs du monde et rencontre tous les futurs grands golfeurs de la planète. «Il possède une énorme expérience internationale, il a joué sur tous les continents», confirme Pascal Parou. C’est à cette époque qu’il rencontre son coach actuel, Patrice Amadieu. Pour préparer les championnats du monde amateur par équipes de 2008, la Fédération Française de Golf a créé une mini-structure pour trois joueurs français, dont Alexandre Kaleka : le Pôle France Elite. Une expérience importante pour le golfeur orléanais car l’équipe de France termine 4e du mondial. «On finit derrière l’Ecosse, les Etats-Unis et la Suède. Nous avons fait une bonne performance car le jeu était relevé et il y avait 50 nations.» Une étape qui marque aussi le début d’une grande aventure… Mais l’Orléanais, joueur élancé et complet, sait prendre du recul par rapport à son sport et ses performances. «Il n’a pas le melon, c’est un joueur qui se construit petit à petit. Il ne fait pas de pic qui pourrait lui retourner le cerveau. Je dirais que c’est un rouleau compresseur qui progresse continuellement», commente Pascal Parou. Entouré d’un préparateur physique, d’un préparateur mental, un cadet (l’accompagnateur dans le jargon) et un entraîneur, Alexandre gère cette logistique important grâce notamment au club de Marcilly-en-Villette. «Nous avons mis du temps à construire tout cela. J’ai eu pas mal de chance puisque tout est arrivé au bon moment», souligne Alexandre. Échelon après échelon, le golfeur franchit avec sérénité les paliers qui le séparent du plus haut niveau mondial. Régulier dans la performance, «ce qui est rassurant dans ce genre de sport» note Alexandre, il engagera un petit marathon, de mai à décembre, avec le Challenge Tour qui compte environ 25 tournois. Le jeune homme reste toutefois mesuré quant à son avenir : «je n’ai pas d’objectif écrit. Le Challenge Tour est un bon circuit, qui peut ouvrir les portes du Tour Européen (1ère division européenne), mais il faut faire attention car le golf va vite dans les deux sens…» A Marcilly-en-Villette, le club entretient de grandes ambitions pour le moteur et la vitrine du club. Pascal Parou avoue «pouvoir tout espérer, tout imaginer». Le créateur du golf de Marcilly-en-Villette verrait d’ailleurs bien Alexandre intégrer le top 50 mondial et s’offrir une sélection pour les Jeux Olympiques de 2016, qui seront les 1er Jeux avec du golf en discipline olympique. «Un rêve un peu fou, relativise Pascal Parou, mais avec Alexandre, nous pouvons envisager le meilleur !»