Archives de Catégorie: –>Judo

La Tribune d’Orléans, n°198, Sports, Article sur Céline Lebrun (Judo), p14

N°198 de la Tribune d’Orléans  paru le 13 janvier 2011

La Tribune d’Orléans, n°231, Sports, Portrait d’Ugo Legrand (Judo), p14

Lien du n°231 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 29 septembre 2011

tribune-orleans-231

La Tribune d’Orléans, n°162, Sports, Article sur Frédérique Jossinet (Judo) + Brèves + Publireportage sur l’Entente Orléanaise, p14

Lien du n°162 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 25 mars 2010

tribune-orleans-162

Page 14: Article sur Frédérique Jossinet (Judo) + Brèves + Publireportage sur l’Entente Orléanaise.

Ci-dessous: Mise en ligne de l’article sur Frédérique Jossinet (Judo) (tribune-orléans.fr).

Frédérique Jossinet s’aventure à Koh-Lanta ! Version imprimable Votre email
Écrit par Jérémy Parard
26-03-2010
Pour conclure en beauté l’année 2009, la judoka de l’USO Frédérique Jossinet a participé à l’émission de téléréalité Koh-Lanta «le choc des héros», qui sera diffusée sur TF1 à partir du vendredi 26 mars.
L’année 2009 de Frédérique Jossinet, judoka à l’USO, a été riche en émotions fortes. Sportivement mais aussi médiatiquement puisque la sportive a accepté de participé à l’émission de téléréalité Koh-Lanta. «On est venu me chercher pour me proposer de faire le jeu. Suite à des discussions et des négociations, j’ai accepté le défi», explique la judoka. La particularité de ce Koh-Lanta repose sur le fait qu’il va mettre à l’épreuve six ex-sportifs de haut niveau, tel que le footballeur Franck Lebouef, et six anciens aventuriers de Koh- Lanta. La judoka orléanaise, la seule des six athlètes encore en exercice, commente son choix : «je trouvais le concept de l’émission sympa. Et la société actuelle est très parasitée donc j’ai voulu profiter de l’opportunité pour tout quitter pendant quelques temps et communier avec la nature.» L’expérience a eu lieu au mois de novembre et Frédérique est rentrée en France courant décembre. «Même si je n’ai rien eu à envier aux autres candidats, bien au contraire, physiquement et psychologiquement, cela a été très dur. J’ai perdu beaucoup de muscles et j’ai eu du mal à m’en remettre», avoue la judoka, tenue à la confidentialité. Pourtant, au tournoi international de Paris du début de février, Frédérique Jossinet a réalisé une sacrée performance en terminant 2e de sa catégorie. Moins de 2 mois après Koh-Lanta ! Sur le plan sportif, 2009 a été une très bonne année pour la sportive. Après la désillusion des JO de Pékin en 2008, le petit gabarit de l’US Orléans Judo (1m56, moins de 48kg) a décroché son 3e titre de championne d’Europe (2001, 2002, 2009). Frédérique est aussi montée sur un podium mondial pour la quatrième fois de sa longue et riche carrière, avec sa médaille de bronze obtenue à Rotterdam au mois d’août. «Cela a été une excellente année. J’ai su remonter la pente, surtout après Pékin. J’ai pris beaucoup de plaisir au cours de cette saison, qui marquera ma carrière sportive », déclare celle qui figure parmi les judokas les plus médaillées de l’hexagone. Licenciée au club orléanais, avec lequel elle évolue au plus haut niveau depuis 16 ans, Frédérique Jossinet a également réalisé deux podiums avec l’USO : «Nous avons fait 3e à la coupe d’Europe féminine des clubs et 2e aux championnats de France par équipes de clubs. Nous sommes à notre place et ce sont de bons résultats par rapport aux moyens du club.» Sportive accomplie, l’athlète de 34 ans met son expérience au service des autres car elle possède des responsabilités au sein du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) et, depuis l’an dernier, elle est élue à la commission des athlètes de la Fédération Internationale de Judo, en tant que représentante de l’Europe. Un engagement révélateur du caractère bien trempé de Frédérique Jossinet qui témoigne : «quand on voit une faille dans le système, il faut défendre ses idée et aller au ‘’charbon’’». D’ailleurs, la judoka est aussi une citoyenne active car elle fait partie, depuis 2008, du conseil municipal du 11e arrondissement de Paris (PS). La participation de Frédérique Jossinet à Koh- Lanta pourrait bien être une belle manière de préparer la saison 2010 et, notamment, les championnats d’Europe de Vienne, fin avril.

La Tribune d’Orléans, n°152, Sports, Portrait d’Audrey La Rizza, championne de France 2010 de Judo, + Brèves, p10

Lien du n°152 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 14 janvier 2010

tribune-orleans-152

Page 10: Portrait d’Audrey La Rizza, championne de France 2010 de Judo, + brèves.

Ci-dessous: Mise en ligne du portrait d’Audrey La Rizza, championne de France 2010 de Judo (tribune-orleans.fr).

Audrey la Rizza , championne de france 2010 Version imprimable Votre email
Écrit par Jérémy Parard
14-01-2010
L’US Orléans Judo est revenu des championnats de France, qui se sont déroulés les 9 et 10 janvier à Montbéliard, avec un seul titre, la médaille d’or d’Audrey La Rizza. Le club orléanais a eu quelques absences de marque, telles que celles de Frédérique Jossinet ou de Céline Lebrun, sélectionnées pour le Masters de Corée du Sud des 16 et 17 janvier prochains. Audrey La Rizza, qui était aussi qualifiée pour ce Masters en moins de 52kg, a préféré changer de catégorie et participer aux championnats de France en -57kg. «Après les Jeux de 2008, j’avais déjà pensé monter en -57kg, avant de tenter une dernière saison en -52kg», avoue la jeune orléanaise de 28 ans. Avec quelques résultats notables puisque la dynamique judoka a empoché deux médailles d’argent sur des grands chelems de 2009, à Paris et à Rio. Mais les contraintes dues aux régimes draconiens, qu’elle s’imposait pour rester dans cette catégorie, sont devenues trop dures à supporter pour cette sportive déterminée. «Ce n’était plus possible, mes résultats étaient irréguliers et je perdais du plaisir aux entraînements», confirme Audrey La Rizza. «Cette décision a été mûrement réfléchie et je suis contente de ce premier résultat dans ma nouvelle catégorie», sourit la championne.
Audrey La Rizza ne compte toutefois pas s’emballer et veut encore prouver qu’elle a fait le bon choix. «A ces championnats de France, j’ai rempli mon contrat qui était de devenir championne de France et ainsi de me qualifier pour le grand chelem de Paris, qui aura lieu début février. Ce sera à l’occasion de ce grand chelem que je verrai où se situe mon véritable niveau en -57kg», précise Audrey La Rizza, déjà double championne de France en -52kg (en 2003 et 2007).
Sans avoir été facile, le parcours de l’Orléanaise a été dégagé par l’absence de Morgane Riboud, championne du monde en titre. «C’est mieux de gagner quand il y a tout le monde mais, pour moi, ce n’est pas la concurrence française qui compte», note l’orléanaise du haut de ses 1m60. Même si le niveau reste relevé en -57kg, Audrey La Rizza ne considère pas la route barrée, elle qui garde l’objectif des Jeux Olympiques de 2012 dans un coin de son esprit. «Les Jeux sont dans deux ans et il peut se passer plein de chose. En plus, la France pourra avoir deux athlètes de la même catégorie aux Jeux», justifie la championne de France. La jeune femme, «née dans le judo», avec un grand-père président de club et un père entraîneur, est une battante depuis toute petite. «Quand je perdais, je n’étais vraiment pas contente», se rappelle celle qui a comme principes de ne jamais rien lâcher et de se battre jusqu’à la dernière seconde. Grâce à cette force de caractère, elle intègre l’INSEP, en 1999, avec le statut de championne de France junior. A l’Institut, elle rencontre Lucie Décosse, qui lui conseille de rejoindre le prestigieux club orléanais. Ce qui est fait l’année suivante. A l’USO, avec l’équipe féminine, elle devient ainsi championne de France et d’Europe. Cette saison, pas de consécration pour les filles qui viennent de perdre leurs titres avec une 2e place française et une 3e européenne. Ce n’est que partie remise pour Audrey La Rizza qui prévient : «notre objectif est de reconquérir la coupe d’Europe des clubs et de préparer la relève en intégrant des jeunes dans l’équipe.» Et, après une seconde place européenne, acquise en individuel (-52kg) à Belgrade en 2007, Audrey La Rizza ambitionne de se démarquer, dans sa nouvelle catégorie, sur la scène internationale. Tout en restant lucide et patiente… «Je vais prendre les compétitions les unes après les autres, mais le défi me motive.»

La Tribune d’Orléans, n°135, Sports, Article sur l’US Orléans Judo (Judo) + Brèves, p9

Lien du n° 135 de la Tribune d’Orléans (format PDF), paru le 3 septembre 2009

tribune-orleans-135

Page 9: Article sur l’US Orléans Judo (Judo) + Brèves.

 

 

La Tribune d’Orléans, n°126, Sports, Portrait de Frédérique Jossinet (Judo) + Brèves, p8

Lien du n°126 de la Tribune d’Orléans, paru le 11 juin 2009

tribune-orleans-126

Page 8: Portrait de Frédérique Jossinet, championne d’Europe 2009 de Judo, + brèves.

Ci-dessous: Mise en ligne de l’article sur Frédérique Jossinet (Judo) (tribune-orleans.fr).

Frédérique Jossinet a retrouvé un gros appétit de titres Version imprimable Votre email
Écrit par Jérémy Parard
11-06-2009

La judoka Frédérique Jossinet, licenciée à l’US Orléans depuis 15 ans, relève la tête. Lors des Championnats d’Europe de Judo, le 24 avril à Tbilissi en Géorgie, elle a décroché le titre continental (- 48 kg) en balayant la Hongroise Eva Csernoviczki, championne olympique en titre. Le parcours de la Française âgée de 33 ans est atypique, marqué par une sensibilité et un caractère bien trempé. «Je m’entraîne pour gagner et pour avoir la plus belle place», prévient la championne qui, après les titres de 2001 et 2002, a dû attendre 2009 pour obtenir sa 3ème consécration européenne.

Affectée par plusieurs années de podium européen sans médaille d’or, Frédérique apparaît soulagée d’avoir vaincu le signe indien et prend ce résultat comme un nouveau départ : «ce titre Européen est une espérance, c’est une belle victoire qui va me permettre de me concentrer sur les prochains championnats du monde à Rotterdam». Car la judoka est un véritable métronome, avec un des plus beaux palmarès du judo français. En plus de ses victoires européennes, elle détient 3 podiums aux championnats du monde (2ème en 2003 et 2005, 3ème en 2007) et une médaille d’argent aux JO d’Athènes en 2004. Frédérique Jossinet accumule les titres : 3 au tournoi du grand chelem de Paris (2002, 2003, 2006), championne du Monde (2006) et d’Europe (1996 et 1997) avec l’équipe de France mais aussi multiples championnes de France et d’Europe avec l’US Orléans. Frédérique, qui a souvent échouée d’un rien dans sa conquête des plus hautes marches internationales, a une explication : «depuis 1998, je suis au plus au niveau. Il y avait une constance mais je me sentais pas bien dans l’équipe de France, quelque chose ne me convenait pas au niveau de l’encadrement. Cela m’a peut être fait perdre de la confiance et parfois un grain de sable et tout s’enraye.»

La judoka admet que «la culture de la gagne» lui faisait défaut : «je crois que je suis en train d’y remédier… Comme quoi, il n’est jamais trop tard !» La défaite lors du premier tour des JO de Pékin, vécue comme une désillusion, a eu un effet déclic : «j’ai été déçue mais cela fait parti de mon histoire et cela m’a fait grandir.» Très soutenue, la championne est ainsi repartie de plus belle : «même en entraînement, je ne lâche rien, je vais jusqu’au bout.» Prochaine étape : les championnats du Monde, en août, qu’elle aborde pour gagner. Ensuite, en octobre, les championnats d’Europe en club avec l’US Orléans, «un club que j’adore et qui a des valeurs auxquels je m‘associe complètement. En plus, il y a une super mentalité et une grosse émulation ». Et avec un effectif composé par exemple d’Audrey La Rizza, de Céline Lebrun ou de Barbara Harel, le club de l’USO peut nourrir de grandes ambitions. Inspirée par l’ambiance conviviale et compétitrice de son club, Frédérique Jossinet espère retrouver la même chose au sein de l’équipe de France.